ελ | en | fr | it | de

Histoire- Mines

Lors du deuxieme moitie du 19eme siecle, la Grece est prise d'une frenesie pour les exploitations minieres et Serifos revient a l'actualite, par l'exploitation intensive de son interieur par les Groman, laissant une serie des paysages dramatiques: des galeries, des plaies sur le corps de ce rocher dur, sculptes a des pioches et de la sueur, longs escaliers en pierre allant jusqu'aux cotes bleus et en dessus des constructions en fer durs et audaces, refletant leur epoque. Le joyau de la couronne etait le palais du gouverneur a Mega Livadi, un des plus beaux batiments de l'architecture neo classique, mais aussi vecteur de technologie a la mer Egee.

Ici, en aout 1916, suite a des confrontations violentes entre miniers (les femmes y ont activement participe) et policiers, on signe le premier contrat de travail journalier de huit heures. Cette evolution suit la fondation d'une association par les esclaves des mines, a l'initiative de leur compatriote expatrie Konstantinos Speras, qui etait rentre a cette fin; il s'agit de la premiere revendication syndicale du siecle, en Grece.

Apres la deuxieme guerre mondiale, les marches internationaux ouvrent et les pays tiers se battent fort pour les prix des mineraux, a un tel niveau que petit a petit l'extraction du minerai de fer reste suite a l'exploitation voleuse des Groman, devient antieconomique. La production diminue et les mines ferment definitivement en 1963. Les herbes et les buissons envahissent les rails et les wagonnets, abandonnes a la proie du temps; certains sont sur place, d'autres renverses dans un veritable decor theatral, en dehors de Mega Livadi, qui se voit devaster. Des milliers des miniers quittent l'ile qui se transforme d'un lieu de production primaire a un lieu de prestation de services de haute qualite.

Source: Commune de Serifos